Histoire

Symphonies gustatives

En 1807, Jakob-Christoph Hug rachète une boutique de partitions située dans l’une des plus belles ruelles historiques de Zurich, la Augustinergasse, qui deviendra le plus grand magasin de musique de Suisse. De nombreuses années plus tard, en 1993, nous dénichons un domaine idyllique, situé en plein cœur du somptueux massif de La Clape, à mi-chemin entre Narbonne et la mer. Pour le vieux Château Laquirou, cette découverte marque le début d’une restauration patiente et ingénieuse. Aujourd’hui, nous y produisons des vins de caractère, très digestes et au charme méditerranéen. Ou, dans un jargon plus musical: nous y composons des symphonies gustatives.

La musique et le vin s’accordent à merveille: Mozart aimait faire honneur à Bacchus et Neil Diamond chantait le réconfort apporté par un verre de vin rouge. Le vocabulaire de la musique et celui du vin connaissent de nombreuses similitudes. Des formules comme «d’une légèreté ondoyante» ou «d’une résonance rafraîchissante» décriront ainsi, avec autant de justesse, une sonate de Frédéric Chopin ou un cru à base de bourboulenc, ce cépage blanc du sud de la France. Dans la phase de création, les terminologies se confondent également: à l’instar du compositeur, qui marie mélodies, rythmes et accords pour créer un morceau, le vigneron compose souvent ses nectars à partir de plusieurs cépages et parcelles de vigne.